CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

Madame Tazi.Docu fiction

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

Affiche familles d'accueil

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > A l'affiche > OIT contre l'esclavage moderne

21 millions de personnes sont victimes aujourd'hui du travail forcé. Il rapporte 150 milliards de dollars de profits illégaux. Découvrez le traité de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) pour éradiquer l'esclavage moderne et soutenez le.
Selon l'OIT, on dénombre aujourd’hui plus de personnes en situation d’esclavage qu’à toute autre période de l’histoire. Plus de 21 millions de femmes, d’hommes et d’enfants vivent dans des situations d’esclavage moderne, soit 3 personnes sur 1000 dans le monde. Si elles vivaient toutes dans la même ville, ce serait une des plus grandes villes du monde. 
L’esclavage moderne existe partout. Plus d’un million et demi de personnes travaillent dans des conditions assimilables à l’esclavage en Europe, en Amérique du Nord, au Japon et en Australie. La plupart des personnes victimes de l’esclavage travaillent dans des secteurs comme l’agriculture, la pêche, la construction, l’industrie, les mines, les services et le travail domestique. Environ une victime sur cinq est concernée par l’exploitation sexuelle.
Qu'est ce que le Protocole contre le travail forcé? C'est un texte adopté en juin 2014 par 185 Etats dans le cadre de l'OIT après deux ans de négociations pour compléter et remettre à jour la Convention 29 datant de 1930. Il est juridiquement contraignant pour les Etats une fois qu'ils l'ont ratifié. Il les oblige notamment à libérer et indemniser les victimes, réprimer efficacement les exploiteurs et à mettre en place des mesures de prévention et de sensibilisation. 
Une campagne mondiale est en cours sur Internet à l'initiative de l’Organisation internationale du Travail et ses partenaires, la Confédération syndicale internationale et l’Organisation internationale des Employeurs.
Pour faire pression sur les Etats afin qu'il ratifient le Protocole rejoignez la campagne 50forfreedom

0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias