CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

OIT: 40 millions d'esclaves dans le monde

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

Affiche Europe unie contre l'esclavage

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Revue de presse > 23 janvier 2017

PORTRAIT BIRAM DAH ABEID

Mauritanie : une vie contre les «chaînes invisibles»

Par Célian Macé— 

Biram Dah Abeid, farouche opposant du régime, combat depuis trente ans l’esclavage, encore très répandu malgré son abolition officielle en 1980. De retour dans le pays après un voyage de six mois, il continue la lutte sur le terrain politique.

Il y a dix jours, il a pris la barge pour traverser le fleuve Sénégal et rentrer dans son pays, la Mauritanie, via sa région natale, Rosso. Biram Dah Abeid, 51 ans, a été accueilli par la police antiémeute, qui l’a «escorté» jusqu’à la capitale, Nouakchott. Son retour, après une tournée internationale de six mois, était une potentielle cause de troubles, selon les autorités. Il est sans doute le personnage le plus controversé du pays. Son combat, qui lui vaut à la fois des haines tenaces et une admiration sans borne, le dévore depuis bientôt trente ans : il a juré de dédier sa vie à la lutte contre l’esclavage, une pratique encore largement répandue en Mauritanie bien qu’officiellement abolie en 1980. Aucun recensement officiel n’a été effectué, mais le chiffre le plus sérieux est de 150 000 esclaves à travers le pays, soit 4 % de la population. Un record mondial.

Bien qu’appartenant à la caste des Haratines (ou «Maures noirs»), Biram Dah Abeid est né libre. Comme son père avant lui. Emmitouflé dans son débordant boubou bleu, coiffé d’un bonnet, jambes repliées sous son grand corps pour se protéger du froid insistant qui s’immisce dans le minuscule salon de son hôtel deux étoiles de la gare du Nord, il narrait son histoire familiale, en décembre, à la façon d’un conte africain : «Le maître de ma grand-mère, très malade, avait fait venir auprès de lui un marabout, qui lui a recommandé d’affranchir le fœtus de son esclave - ma grand-mère était enceinte - pour attirer la guérison. Il s’agissait d’un pacte avec Dieu. Le maître s’est exécuté, sa maladie a disparu.»

A sa naissance, vers 1920, le père de Biram est libre. Un proverbe mauritanien dit pourtant : «Il y a aussi peu de différence entre un esclave et un affranchi qu’entre la queue d’une vache et la terre.» En se mariant une première fois à une esclave, l’aïeul de Biram en a fait l’amère expérience, dans les années 50. Il cherche à l’époque à faire venir femme et enfants à Dakar, au Sénégal, où il a monté un petit commerce. Mais le propriétaire de sa femme s’oppose au «regroupement familial».

L’affaire est portée devant le juge coutumier, qui tranche en faveur du maître : «Le mari d’une esclave n’est qu’un géniteur, pas un père, il n’a pas de droits.» L’autorité coloniale est à son tour sollicitée, mais le chef de cercle français de Rosso refuse «d’interférer dans les lois indigènes».D’une deuxième femme naîtront douze enfants. Biram est le onzième. Il ne connaît pas sa date de naissance. «C’était pendant le mois de la pluie de 1965. Je ne suis pas né dans une maison, mais sous un tissu. Dans une tente. Celle d’un village ambulant, où l’on vit en communauté, où l’on voit quand les voisins déposent le repas par terre, raconte-t-il. La grande sécheresse, au début des années 70, a poussé ma famille à se sédentariser près de Rosso.» Là-bas, déjà, la bâtisse familiale est ouverte aux esclaves en quête d’un instant de repos clandestin. Il décrit une scène fondatrice : «J’étais en première année d’école. Un maître a trouvé son esclave qui était réfugié chez nous, il l’a battu, battu encore. Le maître était chétif, l’esclave, qui s’appelait Mohamed, était fort. J’ai demandé à ma mère : "Pourquoi Mohamed ne réplique pas ? - Parce qu’il est enchaîné. - Je ne vois pas ses chaînes. - Ce sont des chaînes invisibles, divines, les plus dures à briser." Mon père m’a pris à part, et m’a dit : "Sais-tu pourquoi je t’ai mis à l’école ? Pour que tu connaisses la loi et les livres des maîtres et que tu puisses percer ce secret de l’esclavage. Fais-moi le serment que tu le feras !"» Le petit Biram, impressionné, a promis. (....)

En 2008, il fonde une nouvelle association, Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, dont l’acronyme, IRA, est volontairement provocateur.«D’abord, nous voulions devenir un grand mouvement populaire, et ne plus nous cantonner à un petit cercle d’intellectuels. Ensuite, nous voulions donner une dimension internationale à notre lutte. Enfin, il fallait aller sur le terrain, éclabousser les tabous, commettre des actions d’éclat, briser la peur du pouvoir.»Le 13 décembre 2010, Biram Dah Abeid est arrêté lors de la première manifestation publique d’IRA contre l’esclavage. Le président de l’association, non reconnue par l’Etat, se sert de son procès comme d’une tribune. A la barre, il refuse de se prononcer sur les accusations concrètes de trouble à l’ordre public et dénonce la répression du régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz, arrivé au pouvoir en 2008 après un coup d’Etat. Il clame qu’il n’a pas peur d’être enfermé puisque«la Mauritanie est déjà une grande prison».Il est condamné à une année de détention, le premier de ses nombreux séjours derrière les barreaux....

LIRE LA SUITE SUR LIBERATION.FR

0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias